Revenu universel

01a

Et vous, êtes-vous pour ou contre le revenu universel ?

 

Publié dans : Participations des auteurs |le 9 février, 2017 |20 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

20 Commentaires Commenter.

  1. le 12 février 2017 à 6 h 30 min miguela écrit:

    Un document de base sur le sujet : Le revenu de base
    Ou quelle société voulons-nous faire ensemble ?

    https://youtu.be/-cwdVDcm-Z0

    Répondre

  2. le 12 février 2017 à 10 h 00 min miguela écrit:

    La question du travail ?

    https://youtu.be/oyYzeJ_Pf6o

    Répondre

  3. le 14 février 2017 à 2 h 33 min miguela écrit:

    Le vivre ensemble cela se pense, se calcule. Ainsi est né le capitalisme ou libéralisme qui régit nos sociétés dites modernes. Les grands bourgeois, les détenteurs des biens immobiliers mais aussi et surtout des biens de productions ne se sont pas privés de penser la société de consommation.
    Et nous si nombreux, bien plus nombreux qu’eux qu’en pensons-nous ? Je ne parle pas de réactions, d’émotions, mais bien d’une pensée qui se construit, qui analyse, qui débusque les réactions, les émotions.
    Réfléchir à un revenu de base, non pas dire si cela est possible ou pas, mais voir en échangeant avec des pairs ce que j’en pense, ce que cela remet en cause, ce que cela suppose comme nouvelles valeurs, voilà ce que je propose comme sujet de discussion. Alors si nous le voulons vraiment, si nous sommes assez nombreux pour le « penser », alors cela sera possible parce qu’alors nous aurons « imaginer » un autre mode de vivre ensemble.

    Un revenu de base pour tous, j’étais contre : on doit travailler pour vivre (c’est à ça que j’ai été conditionnée). La question du travail liée au revenu (argent nécessaire dans nos sociétés pour vivre) se présente donc. Qu’est que le travail, qu’est-ce que le revenu, les deux sont-ils liés et comment le sont-ils ? C’est un début de piste, j’explorerai avec vous toutes celles que vous voudrez bien proposer ici.

    Répondre

    • le 25 février 2017 à 11 h 09 min lejournalduveilleur écrit:

      J’ai un problème avec cette question, non en fait j’ai un problème avec toute question relative à la société ou la politique.
      Mais si je prends un raccourci et accepte d’entendre un sens à la question du revenu universel, sens que je traduirai ainsi : Faut-il donner à ceux qui n’ont pas à partir de la poche de ce qui en en beaucoup ?
      je répondrais qu’il me semble évident que oui.
      Pointe une autre question un peu plus « large » à ce point de ma réflexion : faut-il donner à ceux qui n’ont pas de la poche de ceux qui n’ont pas beaucoup plus si ceux qui ont les poches pleines refusent de cotiser ?
      Je dirais qu’il me semble encore évident que oui, mais il faut saisir qu’on ne verra pas là un signe de progrès social.

      Bon ceci dit, ces questions n’effleurent pas le moins du monde les vraies questions que peu de personnes se posent et que peu de personnes voudraient se voir dans la nécessité de se poser.

      Bien à vous.

      Répondre

      • le 25 février 2017 à 11 h 28 min miguela écrit:

        Merci Le Veilleur de cet effort concédé à ces fausses questions.
        Ne manquez pas de nous éclairer sur ce que sont selon vous, les vraies questions, « nous » pourrions peut-être nous en trouver éclairés. Des guillemets à ce ‘nous’, qui n’est pas un nous de roi.
        Cordialement

        Répondre

      • le 25 février 2017 à 11 h 36 min lejournalduveilleur écrit:

        Première vraie question : Qu’est-ce que la société ?

        Répondre

        • le 25 février 2017 à 12 h 10 min miguela écrit:

          Voulez-vous une définition philosophique ? Sociologique ? Politique ? Krishnamurti disait que la société n’est rien d’autre que le résultat de toutes nos interactions, la « pauvreté » de nos relations faisant la « pauvreté » de la société.

          Pour moi, la société, celle dans laquelle nous vivons, est un empêchement au « vivre ensemble ». Des instances de pouvoir tiennent les rênes bien en main, la masse est une vache à traire, il faut de la main d’œuvre pour faire fonctionner leur machine à produire, il faut encore des consommateurs. La société est alors une fabrique d’esclaves, l’aboutissement étant l’esclavage consentant par le conditionnement.
          Comment cela est-il possible ?
          Parce que « ces gens-là » mentalement produisent cette forme pyramidale, ils la pensent et la pensent fort cette société d’asservissement à une élite (asservissement sur tous les plans de la vie d’un homme).
          Et quoi d’autre ? Quelle autre force pour une autre production  mentale ?

          A vous maintenant… « Qu’est que la société ? »

          Répondre

          • le 26 février 2017 à 9 h 56 min Julien écrit:

            Qu’est-ce qu’une société ? Simplement, un groupe organisé.

            A partir de là, la taille du groupe qui grossit et les modes d’organisations qui se développent sont plutôt révélatrice d’une pathologie, doublé d’un mensonge qui va galopant. L’équation se présente toujours sous cette forme: système social = remède.

            J’ai donc une autre définition. Mais bon …
            Qu’est-ce qu’une société ? Une matrice (artificielle) pour l’homme archaïque moderne.

            Répondre

            • le 26 février 2017 à 12 h 00 min lejournalduveilleur écrit:

              Le système social est-il égal au remède ou est-il égal à la cause des pathologies ?
              Car dans ce cas, quel est le sens de la question d’un revenu pour tous ?

              Répondre

              • le 26 février 2017 à 14 h 42 min Julien écrit:

                La politique est un mirage toujours pleins de promesses, elle ne permet pas (pour moi) de répondre aux questions profondes de l’homme.
                C’est pourquoi je m’y intéresse peu (voir pas du tout).

                tu me diras, mais à quoi répond-elle alors ? :)

                Répondre

                • le 27 février 2017 à 3 h 49 min miguela écrit:

                  Il n’y aurait donc que le politique qui pourrait « penser » le vivre ensemble ? Ce serait donc une affaire de spécialistes ?

  4. le 23 février 2017 à 9 h 37 min Quichottine écrit:

    Je m’étais exprimée chez Miche, je l’ai fait aussi chez moi ce jour.

    http://quichottine.fr/2017/02/et-quand-bien-meme.html

    Lorsque j’ai passé mon bac, le sujet de la dissertation en philo était « le travail est source de richesse, commentez. »

    Je crois que de nombreuses questions se posent, la société change, mais doit-on pour autant l’envisager sans ce travail qui devrait nous permettre à tous de vivre ?

    Répondre

  5. le 24 février 2017 à 3 h 32 min miguela écrit:

    Merci Quichottine
    Aussi pour ce témoignage sur ton blog, j’ai lu cet échange avec attention.

    Répondre

  6. le 25 février 2017 à 8 h 52 min miguela écrit:

    Un document sur le plus vieux métier du monde, aussi une réflexion plus générale sur le travail, celui des femmes…
    https://youtu.be/Zj7rOJKmOTQ

    Répondre

    • le 28 février 2017 à 0 h 37 min julien écrit:

      Miguela dit:
       » Il n’y aurait donc que le politique qui pourrait « penser » le vivre ensemble ? Ce serait donc une affaire de spécialistes ?  »

      Que signifie pour toi « penser le vivre ensemble » ? S’agit-il de réfléchir à un projet de société ?

      Répondre

      • le 1 mars 2017 à 6 h 30 min miguela écrit:

        C’est ça et plus que ça…bien plus que ça.
        Mettre en circulation, d’autres informations, ouvrir le champ des possibles, dans mes autres interventions dans ce fil j’ai tenté déjà d’en parler.

        Répondre

        • le 1 mars 2017 à 21 h 22 min julien écrit:

          Si je t’ai bien entendu (en relisant tes autres interventions), je pense que la direction que tu pointes est contraire à tout « projet de société » en vérité.

          Bien plus que ça dis-tu, oui, c’est même carrément autre chose. J’ai envie de te répondre alors que les politologues ne sont plus dans leur champ de juridiction mais que le champ est ouvert à tous.

          Répondre

  7. le 2 mars 2017 à 4 h 38 min miguela écrit:

    Je ne fais d’allergie au mot société.
    La société est pour moi, le résultat de nos interactions, à tous les niveaux où nous interagissons.
    Il s’agit bien (dans mon idée) d’un projet de société, de penser le vivre-ensemble, une pensée qui ne serait pas confisquée par les politiques et autres spécialistes.
    Je n’ai pas compris pourquoi, ce sujet a été classé comme sujet politique.
    Oui, ce champ est ouvert à tous.

    Répondre

    • le 2 mars 2017 à 22 h 44 min julien écrit:

      Ne savons-nous pas comment vivre ensemble pour avoir besoin d’un projet de société ?
      Et d’ailleurs, arriverons-nous à mieux nous entendre si cela se pense de manière « démocratique » ?

      Répondre

  8. le 3 mars 2017 à 4 h 27 min miguela écrit:

    Je te remercie Julien pour cet effort concédé à ce sujet. C’est gentil.
    Bonne continuation à toi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Unmecauboulot et tout ce qu... |
CONTRESSENCES |
DES MOTS ET DES HOMMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Celle qui a les yeux mouillés
| Eyenight
| Aupaysdesenfants